Ressources
 
   
Chansons
Films et salles
Liens
Livres
Musique, danses et silences de la nature
Pensées
Personnes ressources
Textes, articles...
     
   
   
 
    Sommaire de:
    "Textes fondamentaux..."
 
   
Voeux 2008
La légende de l’Aigle et du Condor
Définition de la santé selon l’OMS
La Déclaration d’Indépendance des USA
Rapports sur le développement humain
"Des biens communs au bien commun de l’humanité"
Convention européenne des droits de l’homme
Convention relative aux droits de l’enfant
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Textes, articles...
     
   

 
      Textes fondamentaux...
     
... à mettre en relation avec les besoins vitaux
 
Voeux 2008
Texte trouvé dans une vieille église de Baltimore en 1692 (auteur inconnu)

Prenez attention. Tâchez d’être heureux.

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes.

Dites doucement et clairement votre vérité ; écoutez les autres, même le simple d’esprit et l’ignorant : ils ont eu aussi leur histoire.

Evitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain et vaniteux. Il y a toujours plus grands et plus petits que vous.

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressé à votre carrière, si modeste soit-elle : c’est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps.

Soyez prudents dans vos affaires, car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe : plusieurs individus recherchent les grands idéaux et partout la vie est remplie d’héroïsme.

Soyez vous-même. Surtout n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez cynique en amour car il est en face de toute stérilité et de tout désenchantement aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années, en renonçant avec grâce à votre jeunesse.

Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles ; vous avez le droit d’être ici. Et qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.

Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.

Prenez attention. Tâchez d’être heureux.

Remonter

 
La légende de l’Aigle et du Condor

Une prophétie amérindienne vieille de plusieurs milliers d’années met en scène l’Aigle et le Condor.

L’Aigle symbolise la société matérialiste axée sur le développement scientifique et technologique tandis que le Condor symbolise la société spirituelle qui se sent plus intégrée dans son environnement naturel.

Selon cette légende, le monde est régi par des cycles de 500 ans dominés en alternance par l’Aigle et le Condor.

Le dernier cycle a commencé à la fin du 15ème siècle, c’est-à-dire à l’époque qui coïncide avec l’arrivée de Christophe Colomb sur le sol américain. Il a été prédit que pendant ce cycle l’Aigle dominerait mais qu’avant la fin, des transformations surviendraient et l’Aigle et le Condor voleraient ensemble dans le même ciel.

Ne serait-ce pas ce qui s’accomplit sous nos yeux aujourd’hui ? La prophétie de l’Aigle et du Condor commencerait-elle à se réaliser ?...

(trouvée sur le site "Réveiller le rêveur")

La recherche de bonheur, telle que je la conçois sur ce site, n’est-elle pas une manière de faire voler ensemble l’Aigle et le Condor ?

Remonter

 
Définition de la santé selon l’OMS
Organisation Mondiale de la Santé
La constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé a été adoptée à New York le 22 Juillet 1946. Son but est d’amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible.


-  Définition de la Santé :

La santé est un état de bien être total physique, social et mental de la personne (image POSITIVE de la santé). Ce n’est pas la simple absence de maladie ou d’infirmité.

-  Évolution du concept :

Auparavant, la santé était considérée comme étant l’état contraire de la maladie. S’occuper de l’accès à la santé revenait à lutter contre les maladies.

Avec la définition de l’O.M.S., la prévention et les soins ne sont pas les seuls moyens au service de la santé, il y a aussi : les lois, les règlements, les orientations politiques en environnement, aménagement du territoire...

La santé de la population devient une responsabilité collective ( Charte d’Ottawa en 1986).

-  Les politiques pour la santé : (selon les recommandations d’Adélaïde 1988)

La santé est un droit fondamental de l’homme et un investissement social. Les gouvernements doivent investir dans les politiques pour la santé et dans la promotion de la santé afin d’améliorer l’état de santé de tous ses citoyens.

Leurs buts principaux sont d’instaurer un environnement physique et social propice, de faciliter les choix des citoyens en faveur de santé, de combler l’écart de santé entre les personnes défavorisées et les autres...

Texte trouvé ici.

Remonter

 
La Déclaration d’Indépendance des USA
4 juillet 1776
Sur le "droit au bonheur"

Le texte de la déclaration.

Extrait :

Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés.

Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir et d’établir un nouveau gouvernement, en le fondant sur les principes et en l’organisant en la forme qui lui paraîtront les plus propres à lui donner la sûreté et le bonheur. La prudence enseigne, à la vérité, que les gouvernements établis depuis longtemps ne doivent pas être changés pour des causes légères et passagères, et l’expérience de tous les temps a montré, en effet, que les hommes sont plus disposés à tolérer des maux supportables qu’à se faire justice à eux-mêmes en abolissant les formes auxquelles ils sont accoutumés.

Mais lorsqu’une longue suite d’abus et d’usurpations, tendant invariablement au même but, marque le dessein de les soumettre au despotisme absolu, il est de leur droit, il est de leur devoir de rejeter un tel gouvernement et de pourvoir, par de nouvelles sauvegardes, à leur sécurité future. Telle a été la patience de ces Colonies, et telle est aujourd’hui la nécessité qui les force à changer leurs anciens systèmes de gouvernement...

Remonter

 
Rapports sur le développement humain
et "indice de la pauvreté multidimensionnelle" (IPM)

IPM sur le site des Rapports sur le Développement Humain.

L’Oxford Poverty and Human Development Initiative (OPHI) de l’Université d’Oxford et le Bureau du Rapport sur le Développement humain du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont lancé en juillet 2010 une nouvelle mesure de la pauvreté présentant un tableau « multidimensionnel » des personnes vivant dans la pauvreté qui selon ses créateurs pourrait contribuer à cibler les ressources de développement de manière plus efficace. L’IPM a remplacé l’indice de pauvreté humaine, qui figurait dans les Rapports sur le développement humain depuis 1997. Les conclusions tirées de l’indice de pauvreté multidimensionnelle ont été présentées à l’occasion d’un forum sur les politiques qui s’est tenu à Londres et en ligne sur le site Internet de l’OPHI.

Tout comme le développement, la pauvreté est multidimensionnelle − mais ceci est traditionnellement ignoré par les chiffres des gros titres. Le Rapport 2010 introduit l’indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM) qui complémente les mesures basées sur le revenu en considérant les déprivations multiples et leur superposition. L’indice identifie les déprivations au travers des mêmes trois dimensions que celles considérées par l’IDH et indique le nombre de gens qui sont pauvres (souffrant d’un nombre donné de déprivations) et le nombre de déprivations que les ménages pauvres confrontent. Il peut être explosé par région, ethnicité, et en d’autres groupes, ainsi que par dimension, ce qui en fait un outil approprié pour les décideurs.

Cet IPM comprend trois dimensions :
-  Niveau de vie
-  Education
-  Santé

Chacune de ces trois dimensions sont déclinées en indicateurs :
-  Niveau de vie : combustibles de cuisine, toilette, eau, électricité, sol et biens
-  Education : Années de scolarité, enfants inscrits
-  Santé : Nutrition et mortalité infantile.

Mon commentaire en relation avec la théorie des besoins vitaux selon Marge REDDINGTON :

Le Rapport sur le Développement humain s’affine d’année en année. Sa limite est qu’il ne peut rendre compte que de ce qui est mesurable. Par conséquent, bien des dimensions humaines continuent de lui échapper, en particulier la notion de bonheur. Des études sur le bonheur se basent sur le ressenti des personnes à qui il est demandé de l’exprimer selon un chiffre qui se situe de 0 à 10. Il est démontré qu’à partir d’un certain montant de revenu, ce quotient n’augmente plus.

Remonter

 
"Des biens communs au bien commun de l’humanité"
François Houtart
Le texte :

Remonter

 
Convention européenne des droits de l’homme
Voici le document :

Remonter

 
Convention relative aux droits de l’enfant
Voici le texte :

Remonter