Ressources
 
   
Chansons
Films et salles
Liens
Livres
Musique, danses et silences de la nature
Pensées
Personnes ressources
Textes, articles...
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Liens
     
   

 
      Politique
     
  • Association Belgo-Palestinienne

    L’ABP est une asbl de droit belge fondée en 1975 afin de défendre et promouvoir les droits inaliénables du peuple palestinien à son territoire et à son État, droits expressément reconnus par l’Organisation des Nations Unies.

    Plus sur le site.



  • Association France Palestine Solidarité
    L’Association France Palestine Solidarité (AFPS)milite pour la reconnaissance et l’application du droit imprescriptible du Peuple Palestinien á disposer d’un Etat dans les frontières d’avant 1967, et á décider librement de son avenir.

  • Bleu Blanc Zèbre

    Aux actes citoyens

    Bleu Blanc Zèbre (BBZ) est un mouvement citoyen, fondé par Alexandre Jardin, regroupant une centaine d’opérateurs de la société civile tels que des associations, fondations, acteurs des services publics, mairies, mutuelles ou entreprises, réalisant une action efficiente permettant de résoudre un problème de la société en impliquant les citoyens dans sa résolution.



  • CAPJPO-EuroPalestine

    CAPJPO-EuroPalestine, anciennement CAPJPO (Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient), est une association militant pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien.

    Elle a été fondée par Olivia Zémor début 2002, au moment de la Seconde Intifada, à la suite d’appels lancés dans la presse et signés de nombreuses personnalités françaises et étrangères.



  • Fédération des Résistances - Bienvenue
    La Fédération des Résistances (FdR) est un groupe de réflexion, d’information, de pression et d’actions. C’est un mouvement citoyen qui fédère en Belgique les différentes résistances aux dérives du système capitaliste. Un autre monde est possible, la FdR veut le construire meilleur, solidaire.

  • Nature Humaine

    Nature Humaine explore les dynamiques humaines sociologiques, psychologiques et culturelles qui empêchent ou facilitent le changement des comportements et le passage à l’action face aux enjeux environnementaux.

    Elle forme et accompagne pour mieux comprendre et mieux prendre en compte cette dynamique humaine dans nos stratégies d’action et d’intervention auprès de nos publics.

    En relation avec les besoins vitaux, voir notamment la lettre n°15 et en particulier la piste des besoins p.11



  • Politique, revue de débats

    La revue POLITIQUE a une raison d’existence : être un lieu de réflexion critique et de confrontation collective pour tous ceux qui ne s’accommodent pas du désordre établi par la règle absolue du profit.

    Indépendante, progressiste, pluraliste et friande de débats, POLITIQUE s’efforce, depuis 1997, à travers le foisonnement des arguments et des points de vue, d’éclairer les enjeux sociaux, politiques, culturels et de société qui touchent la Belgique. Analyse, interview, chronique, billet d’humeur, débat, dessin, photo, fiction, la pluralité des moyens d’expression caractérise la démarche éditoriale de la revue.

    L’ambition de ses animateurs est de faire se croiser les points de vue dans une confrontation constructive, et non polémique.

    Ecartée des contingences de l’actualité « chaude », travaillant donc sur un temps long, POLITIQUE vise à réaliser des dossiers de référence (entre 25 et 30 pages), qui restent pertinents pendant plusieurs années et qui soient accessibles à un public non averti (les textes trop « arides » ou trop techniques sont donc évités). L’écriture doit en effet avoir une exigence de lisibilité et être une source de plaisir.

    Lieu de débats, la revue affronte des contradictions et crée des complicités. Avec des moyens modestes, elle garde un objectif ambitieux : contribuer à rendre du sens et de l’espoir à la Politique.



  • Tout Autre Chose

    Présentation

    Nous sommes des citoyens de tous horizons, femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, avec ou sans emploi, parents, profs ou élèves, artistes,...

    Nous nous sommes réunis avec la conviction que nous pouvons construire un large mouvement citoyen proposant des alternatives au modèle de société dominant et pouvant renforcer le mouvement social contre les mesures d’austérité. Nous sommes les partenaires francophones de nos amis flamands de Hart boven Hard qui nous ont ouvert la voie.

    Nos balises

    Tout Autre Chose est un mouvement qui regroupe des personnes et des associations d’horizons très divers, au sein duquel le débat est valorisé. Nous ne sommes pas d’accord sur tout. Mais toutes et tous, nous partageons dix grands principes qui définissent les valeurs de notre mouvement commun et servent de balises à nos débats, nos luttes et nos innovations.

    Toutes et tous, nous voulons une société :

    -  Démocratique. Une société qui n’accorde pas seulement le droit de vote mais donne, dans tous les domaines et à chacun-e, le pouvoir de participer aux débats et d’être entendu-e. Une société dont le cap est davantage fixé par les décisions collectives démocratiquement élaborées que par les décisions unilatérales d’acteurs puissants et par l’addition imprévisible de décisions individuelles.

    -  Solidaire. Une société où la juste répartition des richesses est la première des solidarités. Où les protections complémentaires contre les aléas de la vie sont fondées sur des droits sociaux plutôt que sur l’assistance ou la charité. Une société dont le bien-être solidaire ne se construit pas au détriment de celles et ceux qui vivent ailleurs ou vivront demain.

    -  Coopérative. Une société où la coopération prévaut sur la compétition, l’égoïsme et la monétarisation des échanges. Une société qui mise sur l’intelligence collective et l’altruisme, et qui refuse l’accaparement par quelques-uns des bénéfices tirés d’efforts collectifs.

    -  Ecologique. Une société qui respecte la planète, les autres formes de vie et les équilibres écologiques, s’engage dans la transition écologique et prend au sérieux les changements climatiques. Une société tournant le dos au productivisme qui épuise les ressources naturelles et à la marchandisation qui privatise les biens publics.

    -  Juste. Une société qui recherche l’équilibre entre les droits individuels et collectifs, et qui vise à étendre les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Une société qui met en avant la justice sociale et fiscale. Où le pouvoir judiciaire est libre, dispose de moyens et est accessible à tous.

    -  Egalitaire. Une société qui n’égalise pas seulement les chances d’accès aux places prestigieuses mais réduit les différences de reconnaissance, de rémunération et de pouvoir entre les personnes occupant des positions distinctes.

    -  Emancipatrice. Une société qui ne se satisfait pas de la liberté d’expression et de choix, mais veut donner à chacun-e une réelle liberté. Celle de pouvoir déterminer son projet de vie, de lutter contre les dominations, de résister aux aliénations et addictions et de ne pas se soumettre à ceux qui tentent de conditionner les choix individuels et collectifs.

    -  Créative. Une société qui soutient la créativité sous toutes ses formes et encourage ses membres à prendre des initiatives. Non pas seulement pour « trouver des solutions » mais de manière plus fondamentale pour sans cesse questionner les évidences, renouveler le regard critique sur le monde, ouvrir de nouvelles perspectives et initier de nouveaux débats face à une pensée dominante qui, toujours, veut laisser croire que nombre de débats ont déjà été tranchés et qu’il n’y a pas d’alternatives.

    -  Apaisée. Une société où ne règne pas la peur de la diversité, où les « autres différents » ne sont pas stigmatisés, discriminés ou perçus comme un risque. Une société où la diversité est au contraire vécue comme un ferment de créativité, une occasion de réflexivité, un antidote au dogmatisme et une opportunité d’enrichissement.

    -  Réjouissante. Une société où nous puissions nous réjouir de la richesse des liens sociaux et du sens profond que nous parvenons à donner à ce que nous vivons. Une société où le bonheur ne se cherche plus dans une consommation manipulée.

  • WikiLeaks

    Wikileaks met au point une version non censurable de Wikipédia, afin de divulguer et d’analyser des documents, dont la source ne soit pas identifiable et pour une diffusion à grande échelle.

    Notre premier objet : cibler les régimes d’oppression en Asie, l’ancien bloc soviétique, l’Afrique sub-saharienne et le Moyen Orient ; mais nous souhaitons aussi pouvoir aider ceux qui, en Occident, veulent porter à la connaissance de tous les comportements non éthiques de leur gouvernement ou de grandes entreprises.

    L’impact politique que nous visons est maximal ; en d’autres termes, notre interface est identique à celle de Wikipédia et utilisable sans compétences techniques particulières. Nous avons reçu à ce jour plus d’1,2 millions de documents, émanant principalement de dissidents, groupes ou individus, ainsi que d’anonymes.