Quoi de neuf ?
 
   
"Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux "
mercredi 1er décembre
Journée internationale sans achats et quatorzième bougie d’anniversaire !
samedi 28 novembre
Besoins vitaux, confinement et après
mercredi 10 juin
Parole de John LENNON (1940-1980)
lundi 20 mai
Mes rêves à l’adresse des Gouvernements belges
jeudi 31 janvier
Un cours de "science du bonheur" !
mardi 9 février
Le voyage est court, autant le faire en première classe !
vendredi 24 novembre
     
   
   
 

 
      "Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux "
    mercredi 1er décembre 2021

Merci Benoît Coppée !

En te lisant, des larmes sont montées et ont coulé. Je me suis sentie reliée aux oiseaux et à tous les animaux qui sont nos frères et sœurs. A travers nos yeux, la nature peut apparaître cruelle car pour vivre il faut manger du vivant. Mais c’est un point de vue humain. Les animaux répondent seulement à leurs besoins vitaux. Souvent, notre espèce ignore ses besoins vitaux, se trompe de besoin, les satisfait de manière inadéquate, en souffre et fait souffrir. Permets-moi d’inscrire ici l’adresse de mon site Web en guise de partage :

Benoît Coppée dans le magazine Être Plus p.28 (et sur sa page Facebook).

Extraits :

« Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux. » Si tu lis ces mots, à haute voix, dans ton intimité, tu devrais voir voler, en toi, les oiseaux. Lis-les encore. Doucement. Lis les mots...

Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux.

Les hirondelles sont parties ce matin. Au lever du soleil. Elles se sont réunies sur le toit d’une maison de pierres ocres. Face au Sud. La lumière était belle. Orange et mauve. Elles étaient cent. Ou mille. Ou peut-être cent mille. Impossible de les compter. Elles piaillaient. Un vacarme. Elles sont parties. Un silence étrange s’est abattu sur le village. En quelques minutes. Un manque. Une Cathédrale. Une Église romane. Une Chapelle. Quelques pas sur le Chemin de Saint-Jacques. Un Temple. Une méditation longue. Ce matin, je me fiche des nouvelles du monde. Les hirondelles sont parties.

Je voudrais raconter l’hirondelle. Celle qui entre dans la maison. Fait le tour des pièces. Frôle sans jamais effrayer. Vient. Curieuse. Vit. Va. Vole. Admire. Inspecte. Observe la vie. Elle se perche sur le haut d’une porte entrouverte. L’hirondelle regarde. Elle t’écoute autant qu’elle t’enseigne.

Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux...

... J’imagine l’hirondelle un peu plus vieille que les autres, se dire que, peut-être, c’est son dernier voyage. Dire adieu à l’Ici. Adieu au village. Une hirondelle, ça peut vivre dix ans. Bien souvent, elle ne vit que deux, trois ou quatre ans. Cinq ans tout au plus. Les périls sont nombreux sur la route de la migration. Le manque de nourriture. Le manque d’aire de repos. La traversée de la Méditerranée. La traversée du Sahara. Les périls.

Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux...

... Là-bas. Fin janvier, dans leurs contrées du Nigéria, du Cameroun, de Guinée ou encore du Gabon, les hirondelles ressentent l’impérieux besoin de se reproduire. Il n’y a pas, Là-bas, nourriture suffisante pour tous les oiseaux.

Ici. Elles savent qu’Ici la concurrence pour se nourrir sera moins rude. Alors, elles accomplissent des milliers de kilomètres. Dix-mille kilomètres. Pour l’Amour de la Vie. Pour l’Amour de la Paix. Sagesse. Là-bas et Ici.

Ici. Les hirondelles reviennent au même endroit. Elles récupèrent le nid de l’année précédente. Le long d’une façade. Dans une grange. Le reconstruisent. Le défendent. Elles aiment être rassurées. Elles sont attentives. Elles t’adoptent autant que tu les adoptes. Entre elles et toi, c’est une histoire d’Amour tressée avec des fils d’or.

Ici et Là-bas.

Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux.

Ici et Là-bas.

Cette année, je suis ému comme jamais par la migration des hirondelles. Puisses-tu te laisser attendrir toi aussi. Leur absence dessine un trou dans mon cœur. J’ai passé des mois à les voir construire leurs nids, couver leurs œufs, nourrir leurs enfants, voler, me saluer, m’accompagner, me veiller, me parler. Me parler d’Ici et de Là-bas. Ces derniers jours, elles ont chassé de façon intensive. Écrivant dans le ciel des phrases inédites que j’ai bien du mal à traduire. Se saluer, m’accompagner, me veiller, me parler. Me parler d’Ici et de Là-bas. Se nourrir, histoire de se faire une réserve supplémentaire de quelques grammes, carburant pour la route. J’envie leur courage. J’envie leur audace. J’envie leur détermination. J’envie leur Ici et leur Là-bas. J’envie leur clan, la force de leur choralité. Je suis touché par leur absence. Sans doute aimerais-je acquérir un peu de leur noble sagesse.

Ce matin je me fiche des nouvelles du monde. La sagesse est dans le ciel. A chaque battement d’aile de chaque hirondelle.

Et se rendre sensible aux phrases qu’écrivent les oiseaux.

Ici. Je marche dans les rues du village. Sous le soleil silencieux. Je pèse mes quatre-vingt kilos de solitude humaine.

Mon âme est partie sous l’aile d’une hirondelle.

Elle vole.

Où Là-bas l’attend.