Farid Bamouhammad : une figure emblématique
 
   
Farid BAMOUHAMMAD et le "SENS"
Farid le Fou ... d’Amour
Premier contact avec la prison
Deuxième contact avec la prison
Farid à Jamioulx
Farid Bamouhammad : 4ème rencontre (Jamioulx)
5ème visite à Farid
"Le ciel t’accompagne !"
Interruption de la médiatisation ici
Inspiré de l’interview par Malika ATTAR
Pourquoi ma relation avec Farid Bamouhammad ?
Transfert de Farid B. à la prison de Marche-en-Famenne
Farid BAMOUHAMMAD demande l’euthanasie
La grève de la faim de Farid au Centre médico-chirurgical de la prison de St-Gilles se poursuit !
Libéré provisoirement, Farid BAMOUHAMMAD est hospitalisé
Dernier "Devoir d’enquête" à la RTBF-TV 1
Une lettre de Farid B. depuis la prison de Nivelles
Lettre à la Commission de surveillance des prisons le 4 mars 2019
Farid Bamouhammad est décédé
Les acquis par Farid
Lettre de remerciements
Message laissé sur mon Facebook suite au décès de Farid
Farid vient d’être libéré sous conditions
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Presse
Parlementaires
Santé
Syndicats
Directions des prisons
Relations
Tribunal d’Application des Peines
Plaidoiries et jugements
Cour européenne des droits de l’homme
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Prisons
     
   

 
      Lettre de remerciements
    suite au décès de Farid B.
    L’auteur préfère garder l’anonymat.

La fin de Farid aux soins palliatifs est à l’image de sa vie. Les infirmières et médecins disaient de lui : "c’est un battant". Il luttait toujours pour ce fil de vie et surtout par ce fil d’amour qu’il a pu recevoir pendant ses derniers jours entouré jour et nuit par sa famille, quelques proches, l’aumônière, l’assistante sociale et la psychologue du début de son incarcération, les amis.

Cette sortie de prison n’aura pas été vaine car il a miraculeusement tenu malgré le cancer et la grève de la faim et de la soif qu’il a continué à l’hôpital.

Cette "prolongation" exceptionnelle dans son état de gisant agonisant, conscient jusqu’à la fin aura permis aux proches de l’accompagner dans un cadre apaisant.

Farid aura reçu ce dernier bain d’amour et de tendresse avant de se retirer.

Merci à vous, au médecin et infirmières de l’hôpital, aux gardiens qui ont souvent dégusté avec lui, aux aumôniers et personnel social.

Il aura marqué par sa détermination, son entêtement les combats menés à la fois contre les autres et contre lui-même.

On pouvait le détester ou le trouver attachant car il nous renvoyait tous à nos propres grandeurs et misères.

On ne lui retirera pas son fond d’humanité et on espère qu’il trouvera enfin la paix de l’autre côté.