Besoins émotionnels
 
   
Différence entre émotion et sentiment
Gérer son émotion
La colère
Décoder le signal de l’émotion
Somatisation
La méthode Sédona ou l’art du lâcher prise
Comment vaincre ses peurs ?
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Les besoins vitaux émotionnels, psychologiques et intellectuels
     
   

 
      La colère
   

L’expression de la colère doit avoir des limites physiques et relationnelles : il n’est pas permis ni de blesser physiquement une personne, ni de lui manquer de respect, ni de casser.

Car la colère qui blesse et casse n’est pas bonne pour nous-même. Elle aura des conséquences négatives pour nous-même à cause du mal fait aux autres et nous devrons les payer d’une façon ou d’une autre. Sans avoir par ailleurs obtenu ce que notre colère était sensée obtenir.

Souvent, il s’agit d’être entendu, reconnu, respecté. Souvent, nous pensons avoir été qualifiés. Qui se permet de nous qualifier, de nous juger, de nous mettre dans un cadre définitif d’où nous avons l’impression de ne plus pouvoir sortir ? Et nous avons raison d’être fâchés.

Comment dès lors exprimer sa colère ?

En tout cas, il est très important pour notre santé et c’est un droit à mes yeux de dire quand on n’est pas d’accord, pas content. De dire : "Je suis fâché parce que...". Pour pouvoir le dire calmement, une bonne inspiration, prendre un bon bol d’air, nous aide à nous recentrer.

Marshall ROSENBERG propose des pistes efficaces de communication non violente.

La colère peut avoir d’autres exutoires : chez un thérapeute... dans des voies artistiques : peinture, musique... ou par le sport à condition de faire le lien...

Il arrive qu’une personne soit considérée par une autre comme un "punching ball" qui la violente physiquement ou verbalement. Elle n’est alors qu’un symbole pour une colère qui ne la concerne pas et dont elle doit se protéger.