Directions des prisons
 
   
Avis favorable du directeur relatif au congé pénitentiaire
La conclusion de l’avis du directeur de la prison d’Andenne
Demande de permission de sortie
Refus de la permission de sortie
Complément à l’analyse du refus ministériel de permission
Analyse du refus de la permission de sortie du 22 août 2014
Nouvel avis favorable du directeur concernant le congé pénitentiaire de Farid B.
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Farid Bamouhammad : une figure emblématique
     
   

 
      La conclusion de l’avis du directeur de la prison d’Andenne
    concernant la congé pénitentiaire de Farid Bamouhammad
    Date d’admissibilité du congé pénitentiaire : 21 janvier 2009

Reprenant l’ensemble du dossier, la direction de la prison d’Andenne constate l’évolution objective de la situation de M. Bamouhammad.

Tant en termes
-  de motivation à mettre en place un plan de réinsertion soutenable devant le TAP (milieu d’accueil, formation, suivi psychologique, ressources financières...)
-  d’évolution dans ses représentations des moyens désormais pacifiques à mettre en oeuvre pour entretenir l’espoir d’une reprise de contact avec sa fille aujourd’hui majeure et à laquelle il laissera toute liberté de décision ;
-  d’évolution de sa manière d’envisager la façon de défendre ses intérêts face à un système pénitentiaire à propos duquel il dénonce un vécu de victimisation, évoluant du passage à l’acte agressif au recours systématique à l’arbitrage des Cours et Tribunaux (dont il n’est pas inutile de rappeler qu’il vient de lui être favorable à plusieurs reprises) ;
-  d’évolution et de finalisation des divers dossiers judiciaires qui constituaient jusqu’à présent un frein à l’octroi de toute mesure ;
-  de régularisation de sa situation « étranger » ;
-  et enfin de conclusion(s) du rapport SPS rédigé par l’équipe qui lui a consacré le plus de temps et de professionnalisme, celle de Jamioulx.

Cette évolution est significative et de nature à réduire autant que possible les risques analysés en matière de contre-indications légales.

Enfin, je considère qu’il fait également partie de mon devoir d’agent de l’Etat, auquel est confiée depuis plus de vingt ans une partie de la responsabilité de la gestion de la détention de plusieurs centaines d’hommes, de livrer un point de vue de terrain.

Il ne m’appartient certes pas de commenter des décisions de justice et je ne le ferai donc pas. Il m’est néanmoins permis de constater que les plus récentes, rendues au terme de procédures initiées par M. Bamouhammad et ses conseils, attirent notre attention sur les aspects dévastateurs de l’enfermement, et surtout de l’enfermement à très long terme. Ce qui est le cas de F. Bamouhammad.

La justice a exigé de nous que nous trouvions les moyens de stabiliser sinon de normaliser ses conditions de détention, préalable indispensable à toute perspective de normalisation dans un contexte ultérieur de vie hors des murs. Et c’est ce que nous nous attelons à mettre en oeuvre avec les moyens dont nous disposons.

Il ne m’appartient pas de juger du bien fondé des condamnations qui ont été prononcées contre lui et qu’il subit encore aujourd’hui. Mais il m’appartient de constater que ces années d’enfermement, dans des conditions qui n’ont pas toujours été respectueuses de la dignité humaine, ont détruit une bonne partie de l’énergie vitale et des capacités d’adaptation de cet homme. Car il s’agit effectivement d’un homme dont il ne faudrait pas oublier qu’il doit être traité en tant que tel. Or, la détention et les moyens dont nous disposons actuellement ne sont pas de nature à l’aider à retrouver toute sa dignité. D’une manière certaine, seules les ressources disponibles extra-muros seraient susceptibles d’y contribuer.

Vient, je crois, un moment où nous devons, collectivement, décider qu’un homme privé de liberté doit obtenir sa chance de la récupérer pour autant que des éléments réalistes permettent de l’envisager, sans certitude mais avec sérénité. Je pense que ce moment est venu pour Farid Bamouhammad.

Pour l’ensemble de ces raisons, j’émets un avis favorable à l’octroi de congés pénitentiaires.

...

Signé : M. DIZIER,

Andenne, le 23 avril 2014