La satisfaction des besoins vitaux
 
   
Conditions de la satisfaction des besoins
Conséquences de la méconnaissance des besoins
Le désir et l’envie
Importance et/ou urgence
Substitution et compensation
Sublimer
Réflexion de Jean-Paul (via le Forum)
Plan de vie
Responsabilité
en relation avec la santé, l’environnement, les droits de l’homme et de l’enfant
Lâcher prise
Composer des bouquets de satisfactions
Faim, en espéranto : malsato", littéralement "mal satisfait"
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Stress
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Les besoins vitaux
     
   

 
      Responsabilité
    Qui est responsable de la satisfaction de mes besoins ?
    Tout adulte, pour autant qu’il soit sain d’esprit, est responsable de satisfaire ses propres besoins.

Si nous sommes adultes et en bonne santé mentale, nous sommes seuls responsables de la satisfaction de nos besoins. Autrement dit, il n’est pas question de reprocher à qui que ce soit nos manques. Si on ne prend pas soin de ses besoins, automatiquement on parasite les autres. Et si on charge une seule personne de remplir nos besoins, on tremble de la perdre !

Nous pouvons satisfaire la plupart de nos besoins seuls. Cependant, la satisfaction des besoins psychologiques exige souvent la présence d’autres personnes. Nous pouvons exprimer une demande claire à la bonne personne, au bon moment en lui laissant le loisir de refuser sans la juger. C’est sa liberté. Personne n’est indispensable.

Il faut apprendre à demander de manière directe. J’ai un problème. J’ai besoin de ton aide. Et cela vaut pour toute personne saine d’esprit.

Comment cette responsabilité s’élabore-t-elle ? Le petit bébé, l’enfant est entièrement dépendant des adultes qui en ont la charge. Au fur et à mesure qu’il grandit, il apprend, grâce à l’attention de ses parents, à identifier ses besoins et à les satisfaire, à devenir autonome. Les parents peuvent dès lors peu à peu lui déléguer une partie de leur responsabilté et les moyens financiers nécessaires, tout en restant vigilants.

Si cet apprentissage s’est mal passé, si les parents se trompent en interprétant mal les signaux de manque du bébé, par exemple, le nourrissent alors qu’il pleure parce qu’il a besoin de contact ou de stimulation, ils apprennent à leur enfant à substituer un besoin par un autre. Plus tard, lorsque l’enfant, l’ado, l’adulte aura besoin de contact, s’il ne peut pas identifier son besoin, il sera poussé à manger et la boulimie risque de s’installer.

Avant 7 ans, l’enfant n’est généralement pas considéré comme responsable. Il a surtout le souci d’être aimé car il est très dépendant. Il confond réel et virtuel, mais il semble qu’il ait une perception d’une valeur financière.

De 7 à 12 ans, c’est la construction de la conscience. Les concepts de justice et de justesse (c’est-à-dire ce qui est adéquat, cohérent, ce qui a du sens) sont très importants à cet âge.

A partir de 12 ans, à condition d’y avoir été préparés, ils peuvent décider en conscience, faire des choix au service de leur bien-être.