Auteure
 
   
Je me présente
Qui suis-je ?
Ce que j’aime...
Mon autolouange
Mon histoire
Mes accouchements
Mes amours
Mes engagements
Ma philosophie du bonheur
Mon parcours de "chercheuse de bonheur"... à partager
"Le bonheur prend appui sur un juste amour de soi"
Mon CV...
Une parenthèse de vie
Ma santé : la dépression
Ma santé (suite), une tranche de vie
TDA/H
Mon clown Bouille : "L’espace-temps"
Réponse à une lettre de rupture...
Mes dernières volontés
Me contacter
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Politique et religion
Projet de publication
Poèmes
Mes recettes préférées
Mentions légales
     
   
   
 

 
      Mes dernières volontés
    régulièrement mises à jour
    En ce qui concerne l’expression de mes dernières volontés, je comprends bien que cela soit inhabituel et je regrette si cela heurte des personnes sensibles. Outre le fait que j’espère ce texte inspirant, mon souci est d’illustrer la théorie des besoins vitaux par mon expérience, ma pratique et mes "dernières volontés" s’inscrivent dans ma ligne de vie.

Je recommande vivement la visite du site de l’"Association pour le droit de mourir dans la dignité".

La mort est derrière la porte. Je suis à la fois pressée de vivre, d’être une cellule de l’univers bien vivante donnant tout ce qu’elle est, et de ne rien laisser de lourd à ceux qui me survivront.

Repris d’une nécrologie : Mourir, c’est éteindre la lumière parce que le jour se lève.

A jour le 18 décembre 2021

-  Pas d’acharnement thérapeutique : des soins palliatifs qui visent à m’offrir ainsi qu’à mes proches la meilleure qualité de vie possible et une autonomie maximale (loi du juin 2002 sur les soins palliatifs) ou "sédation palliative". Voir le site d’euthanasiestop C’est vrai que ma vie ne m’appartient pas !
-  Mes proches sont en premier lieu mon mari, ensuite mes enfants. C’est eux seuls qui décident de l’application de mes dernières volontés.
-  Seul le médecin que j’aurai choisi en pleine confiance et conscience, s’occupera de ma santé, en particulier lorsque j’approcherai de la mort. Si j’ai perdu la tête, le médecin sera celui qui s’occupe habituellement de moi.
-  Je demande qu’on respecte mon choix de médecine, même si elle est alternative, et ce jusqu’au bout de ma vie.
-  S’il y a un intérêt, mon corps pourra être donné à la médecine.
-  Si l’humusation est devenue possible, c’est la meilleure manière de prendre soin de notre environnement. Voici un article explicatif,novembre 2017 : "Et si on était écologique, même après notre mort ?". Je suis devenue membre de la Coopérative à finalité sociale la SCES HUMUSATION. Si ce n’est pas légalement permis, j’opte pour un cercueil biodégradable, par exemple à base de champignons déjà utilisé aux Pays-Bas (cf Le Soir du 18 septembre 2020).
-  Si je meurs à l’époque des fleurs, les seules fleurs qui me correspondent sont celles des jardins, en particulier des lilas et les roses de mon mari. Je ne veux ni couronnes, ni coussins, ni bouquets de fleuristes, en particulier des roses cultivées dans des pays en voie de développement qui n’ont pas de parfum et au détriment de la santé des travailleurs qui les cultivent. L’argent des fleurs peut être donné à l’oeuvre dont je serai la plus proche, ou à une aide urgente.
-  Je souhaite que mon enterrement soit une occasion de rencontre joyeuse entre personnes sur la même longueur d’onde. Je souhaite qu’une annonce, texte simple (pas d’énumération de noms...), soit publiée dans un journal à grande diffusion.
-  Il n’y aura une cérémonie religieuse que dans le cadre d’une authentique communauté religieuse et/ou spirituelle. Je souhaite que cette cérémonie ait lieu uniquement avec les personnes qui partagent les mêmes convictions et dans un lieu central, c’est-à-dire le plus facilement accessible par les transports en commun.
-  Comme je suis profondément croyante en Celui qu’on ne peut pas nommer qui est Amour universel et tous les saints et âmes qui peuplent l’au-delà, je demande que cela soit dit éventuellement par un officiant sur la même longueur d’onde que moi. Des textes-extraits courts pour ne pas lasser l’assistance, et qui respectent les non-croyants, seront choisis par celles et ceux qui m’aiment et me connaissent, d’abord mes proches, mon mari, mes enfants, mes amis proches.
-  Idem pour la musique. Forte et douce, comme un dernier cadeau à tous. Idem pour les chansons ou chants. J’aimerais que tous entendent la "Misa Criolla", belle, forte et enracinée dans le coeur d’un peuple ainsi qu’un extrait du 2ème Concerto de Rachmaninov, cadeau de mon parrain dont la découverte m’a émue aux larmes. Enfin, si possible ou au choix : le larghetto du 2ème concerto de Frédéric Chopin dont je ne me suis jamais lassée.
-  Que toutes celles et ceux qui ont envie de s’exprimer puissent le faire. Que mon mari et/ou mes enfants centralisent leur organisation et laissent le mot final au plus proche, au plus positif, au plus heureux.
-  Je souhaite que l’enterrement et la rencontre qui suivra se passent dans un lieu central si ce n’est pas celui où j’habite, c’est-à-dire le plus facilement accessible par les transports en commun.
-  Je souhaite que l’enterrement ait lieu à une heure la moins dérangeante possible, 16-17 H ? On pourrait alors prévoir un "goûter" - tartes partagées.
-  En ce qui concerne mes "biens", surtout mes enfants, ne vous encombrez pas de souvenirs. Si mon mari est en vie, c’est à lui de décider s’il souhaite se séparer de tel ou tel objet, tableau ou livre m’ayant appartenu...
-  Il va de soi que ma fille gérera tout ce qui concerne mes objets féminins si elle le souhaite.
-  Je propose que mon fils gère mes livres, s’il le souhaite, y compris les livres de cuisine. Qu’il gère aussi tout ce qui concerne le matériel de peinture et les CD s’il le souhaite et veille au partage avec sa sœur.
-  Gardez uniquement ce que vous aimez vraiment, ce dont vous avez besoin, et le reste, donnez, en pensant par priorité à vos enfants (mes petits-enfants, voir ci-dessous), à celles et ceux qui m’ont été proches ou vendez si cela a de la valeur. Je compte sur vous pour que vous mettiez au point un contrat d’entente entre vous pour la paix de tous.
-  Il est aussi possible et facile de charger un videur ou une videuse de tout vider et distribuer.
-  Mon journal, ma correspondance et mes poèmes pourraient être valorisés. Mais ne vous en chargez pas si c’est lourd. Idem en ce qui concerne le site du RéAJC et mon site. J’espère qu’ils pourront me survivre.
-  Je pense aussi à mes petits-enfants. Ils hériteront à travers vous. Je souhaite qu’ils héritent de mon piano et de mes partitions. Qu’ils partagent entre eux selon leurs désirs à chacun.
-  Une icône et des peintures sont destinées à des personnes particulières : l’icône de St-Michel pour Jean-Luc, la peinture du lion pour Benoît. Si personne n’est intéressé par les autres oeuvres, que l’on veille à les donner dans des lieux publics heureux de se valoriser par leur contenu.
-  Le noir du deuil ne correspond pas à ma vision de la mort. C’est le blanc. Car après la peine de la séparation, lorsqu’on ressent qu’une personne aimée nous quitte pour un très long voyage, vient la fête de celles et ceux qui savent que la vie ne s’arrête pas.

De plus en plus, je suis consciente que la vie n’est qu’un passage pour nous apprendre à grandir, à nous élever vers l’Etre en nous qui est Amour et Joie, à Lui être de plus en plus transparent pour finir par nous identifier à Lui, l’Amour.

-  Au-delà, derrière la porte, nous sommes débarrassés de ce qui nous alourdit, fait obstacle à l’Amour.

-  Au-delà, derrière la porte, nous devenons bien plus proches de nos proches et des moins proches. Nous pouvons les accompagner à leur demande, être là dès qu’ils nous appellent.

En tout cas, je m’engage à donner des signes de communication qui ne peuvent prêter à équivoque à celles et ceux qui croient que je suis toujours vivante, qui peuvent rendre attentifs tous leurs sens et surtout leur coeur pour décoder cette présence subtile auprès d’eux, et à les aider autant que je le peux dans les moments difficiles en les guidant vers leurs propres ressources.

-  J’essayerai de tenir à jour mes adresses, surtout les relais. En particulier Marie-Thérèse COENEN et le CARHIF (Centre d’Archives et de Recherches pour l’Histoire des Femmes)qui a emporté mes archives en relation avec mon engagement féministe ainsi que le CARHOP (Centre d’Animation et de Recherche en Histoire ouvrière et Populaire) :les archives du RéAJC asbl. En ce qui concerne mes amitiés, les relations authentiques sont rares.

Je vous aime.

Marthe-Marie.

Quelques informations :

-  Site où je me suis assurée pour 3000 Euros (indexés) : je paie une modeste mensualité jusqu’à mes 80 ans et ma famille n’aura en principe aucun frais supplémentaire si mes dernières volontés sont respectées, peu importe le moment de ma mort... Comme je programme d’être centenaire !!

Ayant contacté Test-Achats (octobre 2012) pour vérifier leur fiabilité, c’est une assurance tout à fait fiable. Cependant, ils déconseillent de signer un tel contrat si on a de l’argent de côté car au final, cela coûte relativement cher. Mais ils reconnaissent que le propre d’une assurance est d’intervenir le moment venu et de couvrir les frais en question si on manque de réserve.

-  Huiles "de passage" (information reçue à l’occasion du décès de mon amie d’enfance Anne-Marie) :

Le 1er mélange : Huile Essentielle (HE) de Rose de Damas diluée dans une huile végétale (Huile de Jojoba mais c’est ok aussi avec d’autres huiles végétales comme de l’huile de Tournesol) à masser par exemple sur le face interne des poignets, entre les 2 seins, sur le plexus solaire ...

La Rose de Damas (Rosa Damascena) est utile ci pour son côté apaisant profond (on dit d’elle que c’est un baume pour le coeur et l’âme lors de choc, deuil, événement intense ...c’est comme un anti-choc ), elle amène le lâcher-prise ( indiqué donc pour accompagner une personne en fin de vie ou affronter un deuil ), elle aide à surmonter les blessures, restaurer la confiance, elle ouvre à la compassion, à la tendresse.

-  Le 2ème mélange, HE de Nard de l’Hymalaya et HE de Pruche diluées dans une huile végétale (Tournesol) à masser sur les pieds et la paume de la main.

Le Nard de l’Hymalaya est utile ici pour son côté très calmant , il donne courage, force, sécurité en cas de peurs, d’anxiété, il réconforte, il apaise, il recentre la personne, il l’aide à être le maître de sa vie dans le calme et la paix intérieure, il enracine, il prépare l’âme à l’acceptation et au détachement. On dit qu’il est comme un canal entre la terre et le ciel, il est fort utilisé en soins palliatifs pour aider à l’acceptation du prochain passage ... il a une odeur assez forte (l’HE que Marie-Madeleine aurait utilisée lors de la Cène pour masser les pieds de Jésus !)

La Pruche (Tsuga Canadensis) est utile ici pour son côté harmonisant, modérateur, sage, qui aide à la sérénité intérieure, à la maîtrise mentale. Elle soutient aussi les personnes en fin de vie à accepter le passage qui s’annonce.

-  Le 3ème mélange : HE de Rose de Damas avec de l’HE de Nard de l’Hymalaya et de l’HE d’Encens diluées dans une huile végétale (Tournesol) à masser sur les pieds, les mains et la région du coeur...

La Rose de Damas pour les propriétés : voir ci-dessus. Le Nard de l’Hymalaya pour les propriétés, idem. L’Encens est utile ici car elle élève l’esprit, ouvre à la spiritualité, permet de communiquer et transmettre des idées ou des infos à un niveau spirituel, libère de la peur de l’avenir ... C’est une HE majeure en soins palliatifs.