Poèmes
 
   
Un poème et un poète pour le bonheur
Invictus
Les coeurs tendres
Le jour où je me suis aimé pour vrai
L’humanité toute entière a besoin de toi !
Avoir et Etre
Dilection
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Etudes, textes, articles...
     
   

 
      Invictus
    "Invaincu" en latin
    Poème de William Ernest HENLEY (1849-1903). Titre du film de Clint EASTWOOD sur Nelson MANDELA qui a fait de la Coupe du monde de rugby le ciment de sa nation.


-  Hors de la nuit qui me recouvre,
-  Noire comme un puits d’un pôle à l’autre,
-  Je remercie les dieux,
-  Quoi qu’ils puissent être
-  Pour mon âme indomptable.

-  Prisonnier des circonstances,
-  Je n’ai pas gémi ni pleuré à voix haute.
-  Sous les coups de la fortune,
-  Je suis debout bien que blessé.

-  Au-delà de ce monde de colère et de pleurs,
-  Ne plane que l’Horreur de l’ombre.
-  Et pourtant la menace du temps
-  Me trouve et me trouvera sans peur.

-  Aussi étroit soit le chemin,
-  Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme,
-  Je suis le maître de mon destin,
-  Je suis le capitaine de mon âme.

Poème très connu dans les pays anglo-saxons. Nelson MANDELA a souvent récité ce poème pendant ses 27 années de détention.

Traduction d’après la VF de la série Les Frères Scott :

Invictus - Nelson Mandela

-  Dans la nuit qui m’environne,
-  Dans les ténèbres qui m’enserrent,
-  Je loue les dieux qui me donnent une âme
-  À la fois, noble et fière.

-  Prisonnier de ma situation,
-  Je ne veux pas me rebeller.
-  Meurtri par les tribulations,
-  Je suis debout, bien que blessé.

-  En ce lieu d’opprobre et de pleurs,
-  Je ne vois qu’horreur et ombres.
-  Les années s’annoncent sombres,
-  Mais je ne connaîtrai pas la peur.

-  Aussi étroit que soit le chemin,
-  Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme ;
-  Je suis le maître de mon destin,
-  Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley ( 1849-1903 )

Texte original de 1931 :

-  Out of the night that covers me,
-  Black as the pit from pole to pole,
-  I thank whatever gods may be
-  For my unconquerable soul.

-  In the fell clutch of circumstance
-  I have not winced nor cried aloud.
-  Under the bludgeonings of chance
-  My head is bloody, but unbowed.

-  Beyond this place of wrath and tears
-  Looms but the Horror of the shade,
-  And yet the menace of the years
-  Finds and shall find me unafraid.

-  It matters not how strait the gate,
-  How charged with punishments the scroll,
-  I am the master of my fate :
-  I am the captain of my soul.

Ces versions se trouvent ici