Stress
 
   
Stress au travail
Stress chronique
Techniques d’interruption de stress
Stress et plan de vie
Se sentir toujours débordé(e) !...
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
La satisfaction des besoins vitaux
     
   

 
      Stress chronique
    ni dépression, ni burn-out

Le "burn-out" se rapproche du "stress chronique" mais présente aussi des similitudes avec la dépression. On peut passer du stress vers la dépression et inversément lorsque la dépression est en voie de guérison. Mais la remontée vers le mieux-être doit se poursuivre sous peine de retomber...

La cause du stress chronique peut être un obstacle d’apparence insurmontable. Cette résistance commence par irriter ; ensuite apparaît la culpabilisation parce que cet obstacle ne peut pas être vaincu, culpabilisation à la source de la dépression. Il s’ensuit de la tristesse, des idées noires.

Dans le cas du stress chronique, la personne est encore capable de rechercher des plaisirs car sa volonté n’est pas malade. Cependant, ses émotions se raréfient. Elle commence à se sentir démotivée. A cela s’ajoute dans la dépression l’impression que cela ne finira pas, la perte de toute envie.

L’état de stress n’est pas toxique à condition qu’il soit suivi d’une phase de détente. Il s’agt d’une réaction naturelle face à une situation difficile. Le corps est alors sur la défensive : le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent ; les muscles se tendent... Le corps réagit pour faire face ou fuir. Une fois les difficultés surmontées, le corps se détend, la respiration et le coeur reprennent leur cadence normale.

Si la situation de stress se prolonge ou si les situations de stress se cumulent, l’organisme se heurte à une double contrainte : d’un côté, il ne peut pas prolonger le mécanisme d’alarme ; de l’autre, il ne peut pas se détendre. La personne s’habitue au point de ne plus ressentir ces deux phases. Le stade du stress chronique est atteint.

Quels en sont les symptômes ?
-  une grande fatigue : le corps puise de l’énergie sans parvenir à récupérer ;
-  une tension constante et désagréable tant physique que mentale (muscles contractés principalement au niveau du cou et des mâchoires) ;
-  des troubles de la concentration et de la mémoire immédiate.

Des complications graves pour la santé peuvent en découler : chutes de tension, ulcères gastriques, infarctus...

Inspiré d’un article publié dans la Revue "Profil" de Euromut qui remercie le Professeur Philippe CORTEN, responsable de la Clinique du Stress au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Brugmann.