Dernières brèves
 
   
Déménagements
Journée internationale sans achats et dixième bougie d’anniversaire !
Mes rêves à l’adresse des Gouvernements belges
Un cours de "science du bonheur" !
Mise à jour du site - Disque dur crashé le 17 novembre 2010 !
     
   
   
 
    Mise à jour
 
   
Dernier article:
mercredi 23 août
Dernière brève:
lundi 24 juillet
     
   
   
 

 
      Bienvenue !
    Le 22 mars 2009, à l’invitation du "Jardin des Pensées" (Maison Culturelle de Ath), j’ai donné une conférence sur le thème des besoins vitaux. Elle a été suivie d’un débat nourri et nourrissant.  

Ce site dynamique et interactif, centré sur les besoins vitaux, s’adresse par priorité aux membres de la Communauté éducative : parents, enseignants, animateurs de jeunesse ; aux cadres des CPAS, aux directeurs(trices) des homes et prisons, aux gardiens de prison et aux policiers, aux responsables politiques...

mais aussi, plus généralement, à toutes et à tous car tous cherchent le bonheur : princes et manants, riches et pauvres, intellectuels et manuels, jeunes et moins jeunes, quels que soient le pays d’origine, la culture, la religion, le choix de vie ou le choix politique, la situation sociale,...

à toutes et tous sans exception.

Depuis que l’être humain existe, il a recherché le bonheur. Tout le monde souffre plus ou moins consciemment du système économique tel qu’il fonctionne actuellement, de l’insécurité affective, matérielle et physique qu’il engendre. Il est pareil à un rouleau compresseur. Il n’épargne rien sur son passage. Il épuise la planète. Il met en péril notre santé et l’avenir de nos enfants.

Ce qui nous manque, c’est une volonté politique soutenue par des idées fortes, cohérentes et des personnes qui les portent. Ce qu’il faut, c’est proposer une direction qui tienne la route.

Ce site souhaite être une contribution parmi d’autres au changement dont nous rêvons. Il présente une théorie selon laquelle nous avons en tant qu’êtres humains des besoins vitaux particuliers. Notre bien-être dépendrait essentiellement de notre capacité à les identifier et à les satisfaire adéquatement tenant compte de la santé, de l’environnement et des moyens financiers dont chacun dispose. Il faut relativement peu d’argent pour satisfaire ses besoins vitaux.

Poussant la réflexion plus loin, si cette satisfaction des besoins vitaux suffit à notre bien-être personnel, cette théorie propose aussi des repères pour la Vie humaine dans toutes ses dimensions, en particulier économique et sociale. La production devrait être reconvertie en fonction des besoins vitaux et cesser de "croître pour croître". Ce sont les consommateurs, la cible du système et son talon d’Achille, qui ont la capacité d’enclencher ce processus. En tout cas, connaissant cette théorie, ils peuvent apprendre, pour leur bien-être et celui des générations futures, à déjouer les pièges du marketing, à mettre en oeuvre un "nouveau paradigme", à enrayer la croissance industrielle insensée, délétère et mortifère.

C’est pourquoi ce site a été mis en ligne à l’occasion de la journée internationale sans achats célébrée traditionnellement dans certains pays, comme la Belgique et la Grande-Bretagne, le dernier samedi de novembre.

Il comprend un forum où chacune et chacun est invité à s’exprimer sur le sujet, à l’enrichir, à apporter ses questions, ses problèmes, à critiquer...

Je n’ai aucune prétention, surtout pas celle de détenir la vérité. Je ne peux pas avoir tout lu, fait le point sur tout, tout vérifié sur le sujet pour oser commencer. C’est pourquoi je compte sur la participation de toutes et tous.

D’emblée je remercie ici Marge Reddington ainsi que les personnes qui sont entrées dans son sillage. Je l’ai cherchée et trouvée et elle m’a initiée aux besoins vitaux selon une théorie bâtie sur l’expérience de toute une vie d’abord comme infirmière, ensuite comme thérapeute et enfin, comme formatrice, y compris de médecins.

Je réitère mes remerciements à Julie Geluyckens qui m’accompagne fidèlement depuis comme jeune webmaster. Sans elle, ni ce site, ni celui du RéAJC asbl n’auraient vu le jour.