Publicité & Médias
 
   
Les chiens, support publicitaire !
Cliquez futé !
Coup de gueule !
Audiovisuels : Mode d’emploi pour se plaindre
LES MINEURS SUR LE NET : NATIFS D’UNE SOCIETE EN MUTATION
Médiasmart
Père Noël ou... Saint-Nicolas ?
Sur la règle dite "des cinq minutes"
MARQUES, PUBLICITE ET PRATIQUES COMMERCIALES CONDITIONNENT LES ENFANTS
De la musique gratuite !?
Jeunes et loisirs : Radio et télévision en tête de liste !
Un moratoire contre la fabrique de bébés téléphages !
Question à la Une : "La publicité et les enfants"
Jeunes et médias, indissociables
Jeunes et nouvelles technologies : Gsm et internet
Les jeunes, des consommateurs actifs en ligne
L’industrie publicitaire lobbie le Sénat
Power balance : Arnaque
Stop au "cyber-harcèlement" !
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Le Conseil de la Jeunesse et la publicité
La RTBF et la publicité
L’école et la publicité
Education aux medias
Décodage publicitaire
Comment éviter d’être piégé(e)
Vigilance Action Pub (VAP)
Pistes pédagogiques
La publicité et la santé
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Nos thèmes
     
   

 
      Coup de gueule !
    "Venez les essayer, les nouvelles petites"

Merci à la coordination de R.A.P. de nous avoir transmis le coup de gueule ci-dessous que nous faisons volontiers nôtre. Ca va trop loin, vous ne trouvez pas ? Ben alors, Ré-A-Gi-Ssez !

Merci aussi à la Libre Belgique d’avoir accepté de le publier...

Lu dans La Libre Belgique du 21/05/2003 :

J’ai l’esprit mal tourné ou je manque d’humour !!! Qu’est-ce que c’est que ces pubs qui s’inspirent de photos pour touristes pédophiles ? Publicitaires, vous êtes vulgaires et moi... si peu. Patricia Ide, Co-directrice du Théâtre Le Public.

Chaque jour je passe devant une affiche : une marque de voiture américaine (Ford) qui propose aux chalands de passer chez le concessionnaire pour essayer de la chair fraîche (je suppose qu’ils ont aménagé des alcôves). Curieux pour un vendeur de voiture mais bon, on n’arrête pas le progrès.

Mais moi, je suis de la vieille école : celle qui ne fait pas de progrès !!!! Alors j’écris !

L’image (pour ceux qui ne l’aurait pas encore vue) nous montre trois jeunes filles dont on ne voit pas le regard et un jeune homme de dos, qui portent des petits t-shirt ayant sur la poitrine l’image d’une petite auto. Ça, c’est super sympa. Sauf que la photo ressemble à celle qu’il y a sur internet pour attirer les touristes pédophiles en Thaïlande et ailleurs, et que la légende est « Venez les essayer, les nouvelles petites ». Dites-moi que j’ai l’esprit mal tourné ou que vraiment je manque d’humour... que j’me réveille !

L’agence de pub qui a commis ceci pense peut-être que c’est un langage que les Belges comprennent mieux que d’autres ? Ou peut-être pense-t-elle qu’en Belgique c’est entré dans les moeurs ?

Que ces nouveaux maîtres à penser, ces mastodontes de la communication, que ces garants de la marche du monde et de la morale regardent un peu ce qu’ils ont dans la tête et que les malades qui ont imaginé, inventé cette pub de merde dans leur coeur et de leur cerveau, payent des dommages et intérêts aux parents des victimes. Ne croyez pas du tout que je sois prude, pas du tout, simplement je suis sensible, comme beaucoup, au chagrin de mes congénères. J’imagine que les familles Russo, Lejeune et toutes les autres doivent être fort chagrines en voyant toute cette crasse étalée sur les murs. Tiens, à propos, est-ce que cette pub est sortie aux U.S.A. ?

Ceci est à mon avis un sommet en la matière mais il faut bien le dire, ce n’est pas la seule pub qui fait frémir en ce moment. Il y a aussi ce machin qu’ils vendent à nos gamins, qui ressemble à de l’Orangina, qui a la couleur de l’Orangina mais qui est de l’alcool par contre. « Borned to be mixed » (rhum et jus de fruits, comme ça on est sûr qu’ils tombent dedans quand ils sont tout petits). Sans compter que le prévention, ça nous coûte la peau des couilles (vous me trouvez grossière ?).

Je ne sais pas vous, mais moi, ça m’écoeure. Je ne me prends pas pour la gardienne de la morale publique mais en continuant comme ça, on risque de connaître un sérieux retour de manivelle, avec le come back de la censure et d’un conservatisme pur et dur. Mais ça, je suppose que les publicitaires n’en n’ont rien à... (non, je ne l’ai pas dit).... foutre (ah ben si, je l’ai dit !).

« Freedom of speech », j’ai cru naïvement que c’était une annonce pour la liberté de la presse. Et non..., c’est pour un réseau de GSM. Mais bon, tant pis, je les prends au mot et à mon compte, et je cause :

Mesdames et messieurs les publicitaires, arrêtez de tout récupérer. C’est à nous, aux gens de la rue, de transgresser le « politicaly correct », pas à vous. Parce que nous, on n’étale pas nos fantasmes sur des 20m2. C’est aux jeunes gens, aux jeunes filles, aux artistes, au tout venant qu’il appartient d’être insolent et arrogant. Les rebelles, ce n’est pas vous, vous ne le serrez jamais ; c’est comme ça, faut vous y faire. Arrêtez la grossièreté à la portée de tous, arrêtez de « parler jeune », vous êtes vulgaires. Arrêtez de vouloir choquer à n’importe quel prix (je dis bien n’importe lequel), on en a marre de se faire enculer par les marchands de soupe (vous me trouvez porno ?). De toute façon vous n’en voulez qu’à notre pognon, on le sait bien. Alors arrêtez de dire que sans vous, nos villes seraient mornes, nos vies sans rêve (sans toutes ces belles images !). On n’a pas besoin de vous. Retournez à vos copies et relisez, relisez encore, et tourner 7.777 fois votre langue et votre crayon dans votre bouche avant de pondre un truc (ça c’est pas grossier quand même ?). Essayez la beauté tient, ça nous changera.

Vous êtes au service des marques et des multinationales pour leur permettre de vendre plus et c’est tout. Restez à votre place et arrêtez de vouloir mener le monde par le bout... du nez. On ne veut plus être manipulé, soumis à vos fantasmes de publicistes méprisants. Parce que vous nous méprisez mesdames, messieurs ! Vous nous méprisez parce que vous récupérez toutes nos révoltes, toutes nos impertinences, que vous nous kidnappez nos rêves et nous fabriquez des insolences sur-mesure. Je n’aime pas vos rêves, je préfère les miens ; laissez-moi tranquille avec vos slogans minables.

Heureusement qu’on a l’antidote : la poésie. La poésie qui nous purge de la médiocrité, qui nous met en état de grâce et nous empêche, après ces agressions perpétuelles, d’avoir les deux hémisphères en stoemp saucisse. Oh, oui je sais que comme ça, à première vue, ma lettre est un peu grossière, vulgaire, porno, mais pas plus que la pub quand même ? Regardez mieux, c’est bien moins violent que ce qui s’étale sur nos abribus.

Merci, Patricia !