Droits des jeunes consommateurs
 
   
Les droits des jeunes consommateurs
Colloque du 20 février 2003 du Ministre de l’Economie
Tables rondes de la jeunesse
Campagne "Raisons de jeunes"
Accès au(x) droit(s) pour les enfants et les jeunes
Enfants : tous des incapables !
Enquête sur les garanties des biens de consommation
Achats sur eBay
Bien acheter en ligne sur un site commercial à l’étranger
Les centres de fitness ne respectent pas la loi !
Aide européenne contre les arnaques commerciales
12.700 jeunes de moins de 25 ans dans les CPAS wallons
Bon à savoir en cas de vol de portable !
Message de Philippe DEFEYT, président du CPAS de Namur
Pratiques commerciales déloyales
Le RéAJC à l’émission "Quand les jeunes s’en mêlent" du 13 mars 2010
La présidence belge de l’UE et le RéAJC asbl
Agendas politiques internationaux concernant les enfants, les affaires de la jeunesse et les droits de l’enfant
Article dans le JEF 20, publication du Conseil de la Jeunesse
L’Etat belge ignore les jeunes consommateurs !
Une thèse de doctorat en droit : Le consommateur mineur doublement vulnérable
Publication d’une thèse de doctorat en droit sur le consommateur mineur
Un service de médiation unique pour les plaintes
Usage d’une messagerie par un enfant mineur : que dit la Loi ?
"Questions Justice"
Justice en ligne
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Droit à l’information
Education des jeunes consommateurs
Journées mondiales des droits des consommateurs le 15 mars
Action collective
Convention des Droits de l’Enfant
Organes officiels de consultation
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Nos thèmes
     
   

 
      Campagne "Raisons de jeunes"
    par la Fédération des Maisons de Jeunes (2000-2001)
    Le RéAJC a apporté sa contribution à la lettre ouverte.

Le RéAJC asbl soutient la lettre ouverte pour « Raisons de Jeunes » de la Fédération des Maisons de Jeunes.

- Il met l’accent en particulier sur la nécessité d’obtenir une société « jeunes admis », y compris sur le plan économique.

- Il faut cesser de faire des jeunes les « boucs émissaires » d’une société malade de surconsommation et de frustrations.

- Lorsque l’on parle de « prévention », nous insistons sur l’importance de l’écoute des jeunes, de l’information et de l’éducation aux besoins vitaux..., de la satisfaction adéquate des besoins. Cette information et cette éducation concernent aussi tous les membres de la communauté éducative (parents, enseignants, animateurs de jeunesse...).

- Si les besoins (physiques, psychologiques, intellectuels, émotionnels et spirituels) sont tous d’égale importance, il s’agit aussi de savoir quels besoins vitaux sont urgents à satisfaire par et pour les jeunes.

La satisfaction des besoins d’être reconnu, soutenu, d’exister, par exemple, passe par la promotion de la créativité des jeunes, l’aide pour trouver et épanouir leurs talents, des outils et des espaces d’expression. Nous sommes convaincus que la valorisation des jeunes, qui favorise le besoin vital d’estime de soi, est le moyen de prévention par excellence.

- Les jeunes consommateurs doivent aussi voir leurs autres droits reconnus et appliqués. Outre des moyens économiques suffisants, l’information et l’éducation, il y a la protection et l’assistance, la réparation des dommages, leur représentation et leur consultation.

- L’éducation à la consommation doit être introduite de manière systématique dans les écoles. La Loi, qui interdit l’introduction de toute forme de publicité et de propagande dans les écoles au nom d’un soi-disant soutien pédagogique et/ou logistique, doit être appliquée.

- Les organisations de jeunesse doivent être reconnues comme organisations de jeunes consommateurs et obtenir la possibilité financière de mettre sur pied des Clubs de jeunes consommateurs.

- Pour augmenter, en les diversifiant, les sources financières des organisations de jeunesse, nous proposons la création d’un « fonds interministériel » auprès du Conseil de la Jeunesse.

Pour le RéAJC asbl :

Marthe-Marie ROCHET, présidente.

Annexe : Carte blanche publiée dans Le Soir du 2 mars 2001.