Le site de la journée sans achats
 
   
Surconsommation et besoin vital
Origine et actions
Documents et liens
Journée sans achats 2005
Journée sans achats 2006
"Pour le bonheur"
2006 : Et si nous dématérialisions ?
Notre "brève" 2007...
2007 : Communiqué de RESPIRE
2008 : Pour un "Noël tout en récup’"
2008 : Journée sans crédits
2009 : la Journée sans crédit a donné la parole aux jeunes
Journée sans achats 2010
Journée sans achats 2011
Journée sans achats 2012
Journée sans achats 2013
Pour un nouvel art d’offrir
Journée sans achats 2014
Journée sans achats 2015
Journée sans achats 2016
Journée internationale sans achats samedi 25 novembre 2017 et... le "Black Friday"
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Evénements
     
   

 
      Surconsommation et besoin vital
   

C’est quoi la SURconsommation ?

Qui décide que tel achat, c’est de la SURconsommation ? Et notre plaisir alors ? C’est là peut-être que RéAJC, dans la foulée d’un travail de longue date mené par l’Association belge de symbolisation, peut apporter sa pierre à l’édifice pour une autre qualité de vie. Comment répondre à la question "j’achète ou j’achète pas ?" On hésite. On n’a pas un très gros budget. On sait bien que ce n’est pas tout à fait nécessaire. Mais la pression du désir, entretenue par la publicité et la société de consommation, est forte. Alors, ne pourrait-on pas prendre un peu de recul et réfléchir à la question de savoir "quel besoin vital est-ce que je cherche à satisfaire ainsi ?"

C’est quoi un besoin vital ?

Partons d’un exemple. J’ai envie d’une moto. On peut même dire : " J’ai vraiment besoin de cette moto pour pouvoir bouger, sortir, rencontrer, faire des achats, me promener, me défouler... ". On peut même préciser : " J’ai envie de cette moto-là, telle marque... parce que... toutes sortes de bonnes raisons, elle est peut-être un " maître-achat " de Test-achats (l’Association des Consommateurs bien connue), rapport qualité-prix. Peut-être même que parfois, l’environnement entre en ligne de compte (consommation de carburant, bruit...) ou la sécurité (qualité des freins, puissance des phares)...

Mais alors, besoin vital ?

Est-ce que ce n’est pas strictement personnel, le besoin vital, est-ce que ce n’est pas à chacun à savoir quels sont ses besoins ? Là, c’est un autre piège des publicistes dans lequel il ne faut pas tomber. Car ils en inventent des besoins ! Et nous, on peut confondre envie et besoin.

Le besoin vital, c’est ce qui est indispensable à la survie, à notre bien-être. Les besoins vitaux humains ont été inventoriés. Si on revient au cas de la moto, les besoins vitaux sous-entendus sont par exemple : la mobilité (bouger), se faire plaisir (sortir, me promener), le contact (rencontrer), l’intensité, se détendre (se défouler), être reconnu, apprécié (telle marque), peut-être l’appartenance (si des copains, copines ont la même). La moto, c’est aussi un outil de satisfaction des besoins ou des envies (acheter). La question qui reste est de savoir si acheter la moto est la meilleure manière de satisfaire ces besoins, s’il n’y a pas d’autres manières de dépenser son argent (si on en a assez)... Dans certains cas, acheter une moto, ce ne sera pas SURconsommer...

SURconsommer, cela peut être acheter ce qui est " superflu ", c’est-à-dire, ce qui est acheté " en plus ", alors que nos besoins vitaux, dont le plaisir, sont déjà satisfaits ou en voie de l’être...