Le site de la journée sans achats
 
   
Surconsommation et besoin vital
Origine et actions
Documents et liens
Journée sans achats 2005
Journée sans achats 2006
"Pour le bonheur"
2006 : Et si nous dématérialisions ?
Notre "brève" 2007...
2007 : Communiqué de RESPIRE
2008 : Pour un "Noël tout en récup’"
2008 : Journée sans crédits
2009 : la Journée sans crédit a donné la parole aux jeunes
Journée sans achats 2010
Journée sans achats 2011
Journée sans achats 2012
Journée sans achats 2013
Pour un nouvel art d’offrir
Journée sans achats 2014
Journée sans achats 2015
Journée sans achats 2016
Journée sans achats 2017 et... le "Black Friday"
Journée sans achats 2018
Journée sans achats 2019
Journée sans achats 2020
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Evénements
     
   

 
      Journée sans achats 2020
   

Voici l’article que j’ai publié sur Facebook :

Samedi 28 novembre en Belgique et en France : Journée internationale sans achats (Buy Nothing Day). Elle s’oppose au "Black Friday" qui encourage à consommer en proposant d’extraordinaires promotions. Le "Buy Nothing Day" a été lancé en 1992 à Vancouver (Canada) par Ted Dave, publiciste... Sa devise était " Enough is enough " (assez, c’est assez) en réaction au "Black Friday" qui s’est développé depuis les années 70 d’abord aux USA.

Avec le Covid et le confinement, il y a deux données qui influent le sens de cette journée : les commerces dits "non essentiels" sont fermés et beaucoup de personnes sont en difficulté financière, y compris les commerçants. N’empêche qu’elle peut être l’occasion d’une réflexion : * sur la qualité des productions et sur nos achats : répondent-ils à des besoins vitaux ? * sur la publicité mensongère qui les encourage en créant un melting pot entre besoins vitaux, manière de satisfaire les besoins vitaux et envies, * sur les dégâts à l’environnement et l’épuisement des ressources planétaires qu’ils entraînent, * sur les inégalités sociales et planétaires qui s’accentuent... * sur les conséquences pour la santé ?

Plus sur le site de la Journée sans achats du RéAJC asbl :

Pour prendre du recul. Réfléchir et faire réfléchir. Y a-t-il une seule personne qui au fond d’elle-même ne cherche pas le bonheur, en tout cas, le bien-être ?

Voir aussi le site sur les besoins vitaux : www.pourlebonheur.be. Ces besoins vitaux ne sont pas que physiologiques, même si les sept premiers de la liste non seulement sont les plus urgents à satisfaire mais sont des droits humains :
- Sécurité (être à l’abri des dangers physiques : à la maison, au travail, dans les déplacements, les sports)
- Oxygène (qualité de l’air, aérer, s’oxygéner)
- Liquide (s’hydrater)
- Eliminer les déchets de son organisme (fèces, urines : latrines, leur accès, leur hygiène ; sueur ; CO2)
- Sommeil
- Maintenir sa température corporelle(vêtements de qualité adaptés : se couvrir, se découvrir ; abri adapté ; se désaltérer, s’éventer)
- Nourriture (quantité, qualité, équilibre)

A côté des besoins vitaux physiologiques, il y a les besoins vitaux émotionnels, psychologiques, intellectuels et spirituels. Tous doivent être connus et pouvoir être identifiés à travers les signaux de manque. Ensuite, être satisfaits adéquatement dans un projet de vie à long, moyen et court terme. Ils sont présents depuis les premiers jours de notre existence. Des besoins ignorés sont comme des petits monstres masqués qui réclament une nourriture qui ne les satisfait jamais. Comme un trou à remplir en soi qui reste vide tandis que l’on s’efforce de remplir à côté sans jamais y parvenir. Ceci n’est-il pas à l’origine de toutes les boulimies : achats, drogues, tabac, alcool, sexe... ? Quels besoins se cachent derrière ces excès ?