Divers
 
   
Lettre ouverte au Ministre de l’Environnement de Bruxelles-Capitale et sa réponse
Les priorités des consommateurs sensibilisés
L’ONU : Investir dans la santé et les droits des ado
L’eau
Le Mémorandum du Réseau IDée
La noix de lavage indienne
"Ca passe par mes sorties"...
Le biocarburant
Privilégiez les fruits et légumes de saison
Assemblée des jeunes wallons pour l’environnement
Changez d’ampoule !
La mort des abeilles
Combien y a-t-il de "Tanguy" en Belgique ?
Les jeunes étudiants aidés par les CPAS
1 jeune sur 5 vit dans la précarité...
AB-Reoc (ex-CRIOC)
Génération Quoi : une jeunesse en crise
Journées bruxelloises de l’Eau 2017, communiqué et programme
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Nos thèmes
     
   

 
      Génération Quoi : une jeunesse en crise
   
    Sur le site de la RTBF, résumé d’une enquête européenne :

Extrait en conclusion :

Un vent de révolte

Cependant, ce pessimisme cohabite avec un véritable souffle d’espoir. La preuve : la majorité des jeunes qualifient leur génération de "génération du changement".

Un jeune sur dix s’est déjà engagé dans une organisation politique. Un sur quatre s’est déjà mobilisé pour une association humanitaire ou une ONG. Mais surtout, six jeunes sur dix seraient prêts à s’engager dans un mouvement de révolte de grande ampleur, type Mai 68.

Ce vent de révolte souffle particulièrement chez les jeunes peu diplômés âgés de 25 à 29 ans, période qui coïncide avec une insertion professionnelle souvent longue et pénible. Par ailleurs, un jeune sur deux serait prêt à se battre pour son pays.

Le changement au quotidien

Néanmoins, le changement ne passe pas forcément par le fait de descendre dans la rue. "Il y a de nombreux gestes quotidiens qui peuvent alimenter le changement. Par exemple recycler, ou raisonner sans relâche ceux qui tiennent des propos racistes", illustre Daniela.

"Beaucoup de gens attendent un messie ou un sauveur de l’humanité. Mais le changement ne viendra pas de la politique. Il viendra de nous. Donc prenons nos responsabilités, et actons", conclut Mehdi.

Si les jeunes pouvaient prendre connaissance de la théorie des besoins vitaux ? ! Ne s’agit-il pas d’une piste crédible de changement pour leur bien-être et celui de la planète ?!... Si tel n’est pas le cas, il y a un forum sur le site de "pourlebonheur" où s’exprimer...