Qui sommes-nous ?
 
   
Nos membres et soutiens
Nos mandats
Nos finances
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Historique et philosophie
Objectifs et projets
Nos engagements
Notre expérience
Evénements
Nos publications
Nos communiqués
Nos relations politiques...
Archives
Pour nous contacter
Mentions légales
     
   
   
 

 
      Nos finances
    Nous devions nous renouveler, nous développer...
    En 2017, la comptabilité de l’asbl atteste une dette globale de 18.814,88 Euros vis-à-vis de sa fondatrice (pour mémoire, cette dette ne doit pas peser sur l’asbl).


- Nous avons reçu en son temps des subsides du Service de la Jeunesse pour l’"Etude préliminaire sur la consommation des jeunes Boire" (1997)(Ministre PICQUE).

- Le Colloque du 15 mars 2002 intitulé "Les jeunes et la consommation, le bien-être à quel prix ?" a pu avoir lieu surtout grâce au partenariat de la COJ (Confédération des Organisations de Jeunesse indépendantes et pluralistes, une trentaine d’organisations) et à l’aide efficace de son équipe administrative. Il a été soutenu financièrement par les Ministres AELVOET (Ministre fédérale de la Protection de la Consommation), DEMOTTE (Ministre de la Jeunesse) et PICQUE (Ministre de l’Economie). Les actes ont été publiés par le Service de la Jeunesse et sont aujourd’hui épuisés.

- La Ministre AELVOET nous a octroyé un subside de 6.200 Euros en 2002 pour l’ouverture d’un bureau au centre de Bruxelles et la création de ce site (par des jeunes pour des jeunes). Le Ministre TAVERNIER (mêmes compétences ministérielles) a renouvelé et augmenté ce soutien pour 2003 : 9.610 Euros.

- Le Ministre GOSUIN, membre du Collège de la Commission Communautaire Française qui avait la Jeunesse dans ses attributions nous a accordé un subside de 1.500 Euros pour 2003.

- Le Ministre DUPONT, Ministre de la Communauté Française qui avait la Jeunesse dans ses attributions nous a accordé un subside de 2.500 Euros en décembre 2003.

- Pour des raisons qui nous échappent, notre première demande de subsides (pour 2004) à la Ministre fédérale de la Protection des Consommateurs, Madame Freya VAN DEN BOSSCHE, en principe notre principal bailleur de fonds, est restée à l’époque sans réponse sauf verbale. Elle s’est résumée à "d’autres priorités, peu de moyens" ! Or, selon un article du Soir, la Ministre aurait déclaré considérer la protection des jeunes consommateurs comme sa seconde priorité et avoir les moyens de sa politique. En fait, la Ministre n’accordait pas de subsides de fonctionnement !

Nous avons été contraints de donner le renom à notre magnifique bureau Carrefour 19 où cependant nous gardons notre Siège social et des contacts.

- Nous avons vainement introduit une demande pour un subside de soutien auprès de Mme DUPUIS, Ministre chargée de la jeunesse à Bruxelles. Pourtant, lorsque Mme la Ministre était Ministre de l’enseignement supérieur, elle avait manifesté son intérêt et était disposée à accorder des subsides pour l’organisation d’un colloque sur l’éducation à la consommation destiné aux futurs enseignants. La demande avait été transmise au CRIOC... Son intérêt n’a certainement pas faibli, mais les moyens qui lui sont attribués ?

- Mme Fadila LAANAN, Ministre de la Jeunesse de la Communauté Française a été sollicitée pour 2005-2006. Fin 2006, nous avons enfin reçu une "commande" du Service de la Jeunesse de la Communauté Française, utile pour les jeunes consom’acteurs : création sur ce site d’un répertoire des outils pédagogiques, structures et personnes-ressources compétentes en matière de consommation jeunes et d’une étude sur les besoins en communication relatifs aux jeunes consommateurs. Il s’agit d’un subside extraordinaire de 5.200 Euros. Nous l’avons honoré à partir de notre expérience et de nos contacts enrichis au long des années.

- Nous sommes déterminés à d’une part diffuser largement notre Mémorandum et d’autre part, à continuer de faire vivre ce site dynamique.

- Le projet du RéAJC a reposé depuis sa fondation sur du bénévolat et les modestes cotisations de ses membres.

Bien que manifestement, des efforts ont été faits pour soutenir le RéAJC asbl, ils ont été insuffisants puisqu’ils ne nous ont pas permis de réouvrir un siège administratif, de couvrir des salaires et dès lors a fortiori de former une relève, de nous faire connaître...

Pour mémoire, le RéAJC asbl était le seul représentant des jeunes consommateurs. Il jouissait d’une reconnaissance officielle implicite puisqu’il a reçu seul un mandat de membre effectif à la Commission d’avis ministérielle de la Sécurité des consommateurs et de la Santé.

Il n’est pas trop tard pour agir en faveur des jeunes consommateurs.

Des subsides pourraient être octroyés par le Ministère de la Protection des Consommateurs à un RéAJC renouvelé au service des jeunes.

Afin de contribuer à assurer le développement et la pérennité du RéAJC, nous renouvelons aussi notre appel aux soutiens financiers :
- des Ministres qui peuvent reconnaître dans ce projet une ou plusieurs de leurs compétences : nous demandons une conférence interministérielle et la création d’un fonds interministériel. et
- des organismes et personnes individuelles qui s’inscrivent dans la démarche du RéAJC pour une autre qualité de vie et la protection des jeunes consommateurs.

Afin d’épargner des frais bancaires, le compte du RéAJC asbl : 068-2207457-55 a été provisoirement clôturé.

Toute contribution sera la bienvenue sur le compte d’épargne de la poste 299-0214154-04 de M-M Rochet avec la mention : Remboursement pour le RéAJC. Il sera régulièrement fait état ici du montant reçu. Merci.