Publicité & Médias
 
   
Les chiens, support publicitaire !
Cliquez futé !
Coup de gueule !
Audiovisuels : Mode d’emploi pour se plaindre
LES MINEURS SUR LE NET : NATIFS D’UNE SOCIETE EN MUTATION
Médiasmart
Père Noël ou... Saint-Nicolas ?
Sur la règle dite "des cinq minutes"
MARQUES, PUBLICITE ET PRATIQUES COMMERCIALES CONDITIONNENT LES ENFANTS
De la musique gratuite !?
Jeunes et loisirs : Radio et télévision en tête de liste !
Un moratoire contre la fabrique de bébés téléphages !
Question à la Une : "La publicité et les enfants"
Jeunes et médias, indissociables
Jeunes et nouvelles technologies : Gsm et internet
Les jeunes, des consommateurs actifs en ligne
L’industrie publicitaire lobbie le Sénat
Power balance : Arnaque
Stop au "cyber-harcèlement" !
     
   
   
 
    Rubriques
 
   
Le Conseil de la Jeunesse et la publicité
La RTBF et la publicité
L’école et la publicité
Education aux medias
Décodage publicitaire
Comment éviter d’être piégé(e)
Vigilance Action Pub (VAP)
Pistes pédagogiques
La publicité et la santé
     
   
   
 
    Retour vers...
 
   
Nos thèmes
     
   

 
      Les jeunes, des consommateurs actifs en ligne
   
    Communiqué par le CRIOC le 19 Février 2010

Les sites commerciaux sont populaires parmi les jeunes. La plupart d’entre eux, garçons aussi bien que filles, recherchent activement des prix en ligne. À partir de 15 ans, ils sont 74% à être allés sur la toile pour chercher les prix de biens et services.

C’est ce qui ressort de l’enquête (1)du CRIOC qui a été réalisée auprès d’élèves francophones et néerlandophones en primaire et en secondaire (10 à 17 ans) dans des écoles en Belgique. Le but : Evaluer le comportement développé parmi les mineurs d’âge dans le domaine du commerce électronique.

Quelques résultats
- On constate que près de 2 jeunes sur 5 ont déjà visité eBay ou d’autres sites où des produits sont achetés ou vendus. À partir de l’âge de 14 ans, plus de jeunes le font. Les garçons le font également nettement plus que les filles. Ceux qui visitent des sites, le font en moyenne deux fois par mois. GSM et jeux sont les produits les plus populaires. Mais d’importantes différences existent entre les sexes, les âges et les types d’enseignement.

- Une minorité a déjà participé à des ventes aux enchères sur l’internet. Les plus âgés des jeunes l’ont déjà fait davantage. Cette activité porte avant tout sur des jeux.

- Une minorité des jeunes à déjà vendu quelque chose sur l’internet. Les jeunes de 14 ans sont ceux qui ont le plus d’expérience dans le domaine. Un achat en ligne est plus facile pour les jeunes : en moyenne 1 sur 4 le fait. Au cours des dernières années du secondaire, cette part augmente à plus de 1 sur 3. Acheter en ligne est quelque chose que les jeunes font surtout à partir de lâge de 15 ans.

Moyens de paiement
- La carte bancaire a la cote. Toutefois, l’âge et le type d’enseignement influencent le choix. Les jeunes des secondaire technique et professionnel utilisent beaucoup moins la carte bancaire et paient surtout en liquide. L’utilisation de la carte bancaire augmente également avec l’âge. Les plus jeunes groupes d’âge utilisent relativement plus souvent le paiement en liquide et le virement. À un âge plus avancé, le système du tiers payant (comme PayPal) est également utilisé. Payer avec le GSM n’est pas (encore) populaire et les adolescents les plus âgés de l’échantillon interrogés le font encore moins.

Problèmes rencontrés lors d’une vente/d’un achat en ligne par les jeunes ?
- Près d’un tiers cite des frais supplémentaires imprévus (p.ex. pour le transport). D’autres problèmes cités concernent le paiement, la livraison (tardive ou inexistante) et le produit livré (qui est défectueux ou qui ne correspond pas à la description).

Impact des actions virales en ligne sur les jeunes La majorité dit qu’ils ne participent pas à une telle communication, mais toutefois 1 sur 5 y a été confronté avec l’envoi/la réception de mail référant à un concours et 1 sur 4 avec un mail référant à de la publicité. Les jeunes qui s’adonnent à ce comportement viral actif et transmettent ces pubs le font pour présenter quelque chose à d’autres personnes ou pour les informer (d’une marque, d’un site, d’une promotion, d’une offre intéressante, d’un concours, ...), et moins ? disent-ils ? ?parce qu’ils s’y sentent forcé ?. Et parlant de publicité dans des mondes virtuels (gaming, sites internet, ...) : de nombreux jeunes remarquent la présence de marques dans des jeux vidéo.

Recommandations - 43% des jeunes considèrent les sites commerciaux comme leurs favoris. Ils comparent les prix, s’informent réciproquement de bonnes affaires, achètent et vendent en ligne, testent différents moyens de paiement et participent à des actions virales et campagnes qui le plus souvent servent une fin commerciale. D’autres sites populaires, comme des sites de jeux, sharing sites et réseaux sociaux nécessitent également parfois certains actes financiers. Il est donc important que les jeunes soient informés des risques potentiels du commerce électronique et d’opérations financières en ligne. Ils doivent apprendre à mieux les gérer. Dans le cadre de l’éducation TIC, plus d’attention doit être prêtée à ces aspects, qui touchent d’ailleurs à nombre d’autres questions et problèmes.

- Concernant la gestion de la vie privée, les jeunes doivent apprendre à mieux gérer leur identité en ligne et à être plus critiques lors de l’utilisation de leurs données personnelles, qui sont souvent collectées à des fins commerciales de manière systématique et sans leur accord (préalable). Des campagnes virales ou d’autres annonces qui font référence à des offres intéressantes sont souvent un moyen pour soutirer des données (de marché) aux jeunes et/ou pour leur faire avaler un abonnement non sollicité. Mais les mineurs d’âge doivent également être mieux protégés dans ce domaine : leur vie privée doit être respectée !

- Les jeunes doivent également apprendre à mieux percevoir les différentes formes de publicité digitale qui apparaissent dans les médias qu’ils utilisent (sites, réseaux sociaux, jeux, téléphonie mobile, internet mobil, etc.). La confusion entre le contenu rédactionnel et contenu commercial sur des sites, le marketing viral, marketing par SMS, marketing de profil etc. font que les mineurs d’âge sont aujourd’hui souvent victime ou y participent sans percevoir l’image complète. Les éducateurs doivent en outre disposer des outils nécessaires qui leur permettent de rester au courant des rapides développements dans ce domaine. La publicité digitale n’est pas traitée de manière efficace par les autorités publiques ni par le secteur. Une législation spécifique traitant cette problématique s’impose et il faudrait, au moins, que l’obligation soit introduite de rendre la publicité identifiable en tant que telle.

- Les jeunes doivent savoir comment ils peuvent faire des achats en ligne en toute sécurité (par ex. sur un site étranger), quelles sont les formes principales d’arnaques dans ce domaine, comment ils peuvent télécharger correctement etc. Des problèmes dans le domaine des pratiques du commerce relatifs à la protection de mineurs d’âge doivent être résolus, notamment dans les domaines suivants : arnaques, faire des achats en ligne, surfacturation, spam, responsabilité des intermédiaires, garantie vis-à-vis de la tierce personne de confiance et protection des moyens de paiement.

- Les sites commerciaux sont très populaires chez les jeunes des groupes sociaux qui présentent plus souvent un profil socio-économique vulnérable. Ceci doit être pris en compte dans le cadre de la sensibilisation au sujet des risques potentiels du commerce électronique.

- Sans cesse, le CRIOC signale des problèmes qui peuvent se présenter dans le cadre du commerce électronique. Lisez l’article suivant pour rassembler des informations sur les droits du consommateur lors d’un achat en ligne, pour trouver des réponses à la question « comment le sérieux professionnel du vendeur peut être contrôlé, comment les risques mêmes peuvent être limités, pourquoi la vigilance est conseillée sur les sites des ventes aux enchères et lors de l’utilisation des comparateurs de prix » (intéressants pour des jeunes qui aiment chercher et comparer des prix sur l’internet !) etc. Complétez avec des solutions pour les problèmes les plus courants et avec des conseils utiles.

Pour toute autre info sur le problème du commerce électronique : consultez les sites du CRIOC, arnaques et infoshopping.

L’étude complète est disponible sur le site du CRIOC

(1) De février-mars 2009, 2.600 enquêtes quantitatives (50 ?-60 ?) ont été réalisées en classe par le Crioc.

Contact au CRIOC : Service Presse : Mélanie Dutat, 02/547.06.04- E-mail : presse@crioc.be - CRIOC, Boulevard Paepsem 20 - 1070 Bruxelles